Ce n'est pas un coup de spleen, c'est un espoir irraisonné !

Si vous avez bien suivi, vous avez un grand livre propre, une balance "nickel" et vous allez pouvoir faire une situation intermédiaire ou un bilan. Mais, parce qu'il y a un "mais", vous ne connaissez rien aux écritures dites d'inventaire.

Compte tenu de ce qui précède dans ce blog, c'est normal, bien que nous eussions parlé d'extournes en des temps reculés.

Pour bien comprendre le sens et l'utilité des écritures d'inventaire, il faut bien comprendre ce qu'est le cut off.

Comme je suppose que ça coule de source pour tout le monde, je vais quand même en dire deux mots, histoire de vérifier si mes informations sont bonnes et conformes à celles que vous détenez sur le sujet.

Je me demande si je vous le fais savant (vous savez que ce n'est pas le genre maison) où si je traduis en termes compréhensibles; je me tâte..

On va faire, comme d'habitude, dans le simple. Et pour bien faire, nous allons prendre un exemple : vous voici en train de vouloir passer les écritures d'inventaire ( c'est quoi ?) au 31 Décembre 2012 et vous voulez mettre dans 2012 ce qui concerne 2012 et pas 2013 comme vous voulez ne pas mettre avec 2012 ce qui concerne 2011.

En clair, 2012 c'est 2012 et pas l'année d'avant ni l'année d'après.

Les charges de 2012 sont celles engagées en 2012 et les produits de 2012 sont ceux réalisées en 2012.

Le simple fait de constater que 2012 reste et restera 2012 et pas autre chose, c'est du cut off !

Pourquoi faire simple (du genre "séparation des exercices comptables") quand on peut faire compliqué ? Parce que, vous aussi, dès cette minute, vous allez profiter de l'engouement général, devenir commissaire aux comptes condescendant, et faire du cut off !

Entre nous, c'est plus rapide de dire "cut off" que séparation ou individualisation des exercices comptables et , en plus, ça fait plus pro...

Revenons en à nos écritures d'inventaire dont le seul but est de respecter........................le cut off !! et de mettre dans l'exercice en cours ce qui lui revient et non ce qui touche la période suivante ou la précédente, le but ultime étant de savoir ce qu'a donné l'exercice en question, s'il est bénéficiaire, déficitaire ou équilibré en ne tenant compte que des données qui s'y rapportent.

Le bon sens a parfois des définitions bizarres : que diriez vous de "cut off" ?

Vous allez donc faire une liste des corrections à apporter aux comptes pour que ceux (les comptes) de l'exercice ne comportent que les écritures qui se rapportent à l'exercice mais toutes les écritures qui s'y rapportent : ceci suppose d'éliminer tout ce qui se rapporte à une autre période et d'intégrer tout ce qui se rapporte à la période mais qui ne figure pas encore dans les comptes. Le nom de ces opérations : les écritures d'inventaire.

Nous avons fait un sacré pas vers l'établissement d'une situation intermédiaire ou d'un bilan !

On a déjà appris ce qu'il fallait faire pour y parvenir ; je vous l'avais dit : "vers l'infini et au delà".

http://www.amazon.fr/gp/product/B00H999GPK?*Version*=1&*entries*=0