On va mettre un peu de limpidité dans les esprits :

La compta, c’est comme le bâtiment :

-          On fait un plan

-          On réalise l’ouvrage avec de multiples compétences

-          On finit l’ouvrage et on l’habite

-          Et, quand on l’habite, on réalise si le plan a été bien ou mal fait.

Comme je vous l’ai déjà dit, ce n’est pas comme les pates que l’on avale bon an mal an et que l’on digère.

Et oui, vous faites ou plutôt, vous construisez une compta qui va durer, grandir, évoluer et même vieillir.

 Et ce n’est pas un compliment de dire d’une compta qu’elle est vieille ; ça signifie que plus personne ne la regarde, faute d’y trouver quelque chose de nouveau, faute de voir de la lumière à travers, faute d’y trouver les solutions.

 

Et nous en sommes justement au point où nous « habitons » la comptabilité que nous avons bâtie ensemble depuis le paramétrage initial jusqu’à l’établissement des comptes.

Lesdits comptes sont révisés, analysés, pointés et nous cherchons à en tirer profit, à jouir de l’instant et du labeur qui nous a tant couté.

Faire la compta, c’est un peu comme ouvrir les volets le matin. Si vous partez ailleurs dès que le soleil entre dans la maison, tant vaut laisser les volets fermés ; en compta, si vous fermez le grand livre dès que vous l’avez établi et savamment révisé, tant valait se dispenser de faire la compta.

C’est ce pont entre l’outil (la compta fiable) et l’exploitation de l’outil qu’il faut franchir pour se positionner dans le cercle vertueux de l’analyse de gestion.

Alors, oubliez vos OD, vos dotations et le reste ! Tout ça est fini, vous êtes de l’autre côté du pont et ne faites pas d’aller venus qui risqueraient tôt où tard de vous conduire à la noyade !

Ne mettez pas de bouée, on continue…