fisca

Je bous

Du verbe bouillir qui se rapporte à celui qui, chauffé à blanc, arrive à l’état d’ébullition alors même que sa nature n’était que calme et sérénité.

Je bous parce que j’entends et je lis une panoplie complète d’absurdités concernant mon propre propos : la comptabilité.

Alors, comme ça, vous vous prétendez comptable alors que vous n’avez qu’une vague idée de la fiscalité et, a priori, vous n’avez rien retenu de ce que j’ai écrit sur ce thème ! (pour être tout à fait sincère, j’ai effectivement traité du sujet ; mais si peu…).

 

Vous pouvez avoir tout appris du paramétrage comptable, tout maîtrisé de la centralisation des journaux, dominé le classement des comptes de tiers et récité le plan comptable à l’endroit et à l’envers, tout ça est inutile et vain si vous n’avez pas un « minimum » de culture fiscale.

Je vous l’avais déjà dit, toute écriture comptable comporte un choix fiscal (imputation, récupération de TVA, déduction, aboutissement dans telle ou telle partie de la liasse et j’en passe) et pour faire ce choix, encore faut-il avoir les moyens de le faire.

Et pour avoir les moyens en question, encore faut-il connaître l’architecture de la fiscalité, le squelette du système.

Pour vous embrouiller un peu avant de vous éclairer, je vous en touche deux mots :

-le système fiscal fait une distinction entre personnes physiques et personnes morales (jusqu’ici c’est clair)

-les personnes physiques sont taxées à l’IRPP (impôt sur le revenu des personnes physiques)

-les personnes morales sont taxées à l’IS (impôt sur les sociétés) ou……à l’IRPP (au nom de leur associés)

- une personne physique ou morale peut dépendre des BA (bénéfices agricoles), des BIC (bénéfices industriels et commerciaux), des BNC (bénéfices non commerciaux), des RF (revenus fonciers)……..des revenus mobiliers et autres, le tout comportant des régimes dits réels, réels simplifiés, micro, et je m’arrête en vous signalant simplement, pour mettre une cerise sur le gâteau, qu’une personne morale peut être « transparente » quant à son imposition.

Et vous me dites que vous avez tout compris de la compta sans même avoir de notions fiscales ! Savez-vous que le régime fiscal détermine le plus souvent les imputations comptables ?

Avant de nous embarquer sue les flots tumultueux de la fiscalité, je vous recommande de vous pouvoir du Lefebvre Fiscal et de ne lire que le sommaire : juste pour savoir ce qui existe, pas pour le connaître vraiment mais simplement pour savoir que ça existe.

Je vous préviens, tout n’a pas encore été inventé, mais, en matière fiscale, on a quand même beaucoup œuvré.

Pour les plus téméraires ou les blasés, je suggère sans le recommander le CGI (code général des impôts). C’est parfait pour ceux qui sont en instance de divorce, ça passe le temps et ça dissout les impulsions guerrières.