achats

Je n’en ai peut-être pas assez dit sur le journal des achats (journal des fournisseurs si vous préférez) et il ressort de vos interrogations que vous êtes encore perplexes.

Sachant que c’est par ce journal que passe l’enregistrement de la totalité ou presque de vos charges hors charges de personnel, charges financières et amortissements, il serait de bon ton que ledit journal s’éclaire à vos yeux sous un jour abordable voire même sympathique.

Par ce qu’il n’est pas question, qu’on se le dise, d’imputer les factures d’achats suivant l’humeur et surtout de flirter sans arrêt avec des comptes poubelles aussi séduisants que les charges diverses de gestion courante, entre autres.

Pas plus qu’il n’est question d’alimenter sans réserve le compte 471xxx (vous savez tous que c’est le compte d’attente) pour décider plus tard, un jour peut-être, de l’affectation finale d’un montant dont vous aurez tout oublié d’ici là.

Et je ne vous parle que de l’affectation comptable des charges en omettant volontairement que le journal des achats est également la source de la codification des comptes fournisseurs !

Mais, puisque j’en parle, parlons-en !

Ah ! Les « fournisseurs divers », voire « les divers A », « divers B » etc…, reconnaissez que c’est tentant et tellement plus commode pour les neurones ! Avec une codification de cette engeance, je vous « plie » les achats du mois avant même d’envisager mon quatre heures.

Si j’ajoute à ça que les factures qui ne sont pas des « achats 607xxx ou 601xxx » concernent très probablement  l’entretien général ou les charges de gestion courante, l’enregistrement des achats du mois est plié et emballé le 1er du mois suivant entre 9h et midi, pause-café incluse.

Et voilà pourquoi vous venez à moi, non pas pour que je vous remette dans le droit chemin, mais pour que je vous donne le moyen de faire simple sans générer de dégâts ; autrement dit, comment ne pas se casser la tête mais arriver à s’y retrouver en fin de compte.

De là, votre obsession des OD qui sont censées repeindre et effacer en même temps les malfaçons du journal des achats.

Dites-vous que le journal des achats est celui qui demande le plus de réflexion, celui qui suppose une connaissance quasi parfaite de votre plan comptable, qui met vos connaissances fiscales à contribution de même que la connaissance totale de la boutique dont vous tenez la compta.

Je ne peux que vous consoler en vous disant qu’à côté du journal des achats, les autres (banque, caisse, ventes, OD) c’est de la tarte….ou presque.

Je vais vous laisser à vos réflexions pour éviter de vous faire monter la moutarde au nez mais j’ai bien peur de devoir rester terre à terre et d’appeler un chat, un chat.

Quant à la manière dont vous classez les pièces enregistrées sur le journal des achats, je vous laisse le choix (enfin !) de faire ce qui vous passe par la tête : de les baptiser du n° du mois, suivi du N° du jour et de l’heure d’enregistrement, de laisser faire votre logiciel,  de leur donner un nom de saint chaque mois suivi d’un N° ou le les affubler des initiales du dernier né suivies de son âge en jour et en heure.

Le tout est que vous puissiez retrouver vos petits quand vous les cherchez, histoire de vider le 471xxx par exemple…

Allez, courage !